Traces, mémoires, frontières : d’une narration nationale à une narration multiperspectiviste - 14-18 LA MÊME GUERRE, VÉCUE DIFFÉREMMENT

L’Académie de Nancy-Metz et le Centre Européen Robert Schuman (CERS) ont organisé, les 27 et 28 avril au Centre mondial de la Paix à Verdun, un séminaire de formation continue, labellisé par la Mission du Centenaire, auquel ont participé 77 enseignants venant des six systèmes éducatifs de la Grande Région[1] ainsi que 11 intervenants et 17 membres de l’équipe d’organisation-réalisation.



[1] Grande Région = Communauté germanophone de Belgique, Fédération Wallonie-Bruxelles/Communauté française de Belgique, Lorraine (Académie Nancy-Metz), Luxembourg, Rhénanie-Palatinat et Sarre

 

Datum des Projektes:
27. April 2015 bis 28. April 2015

Veranstalter

Centre européen Robert Schuman
E-Mail: Projektorte:
Place Monseigneur Ginisty
55100 Verdun,
FR

Projektbeschreibung

Des traces matérielles et mémorielles ont été laissées par le conflit dans l’ensemble de la Grande Région, traces de combat, de destruction, de reconstruction, de commémoration.
La mémoire de la guerre mais aussi de la réconciliation sont présentes et façonnent les esprits. Les frontières sont à la fois une séparation et un lieu de contact, elles isolent et identifient mais unissent aussi. La frontière est la frontière internationale mouvante dans la Grande Région avant et après la Première Guerre mondiale mais aussi la frontière linguistique, et encore la frontière de la ligne de front durant le conflit. Interroger la notion de frontière c’est interroger ce qui nous sépare et ce qui nous rassemble. 
Bien sûr, depuis longtemps maintenant, les historiens de toutes nationalités écrivent une histoire de la Première Guerre mondiale sur laquelle ils s'accordent et qui dépasse les points de vue nationaux. Il n'en demeure pas moins que les différentes composantes de la Grande Région ont vécu des expériences différentes de la guerre et que les programmes scolaires et leur mise en oeuvre pédagogique ont bien évidemment des caractéristiques propres à chacun des versants.
L'approche multiperspectiviste revendiquée par ce stage de formation porte bien sur cette expérience civile et militaire différentes dans chacune des composantes de la Grande région et sur ces approches programmatiques, didactiques et pédagogiques également propres à chacune de ces composantes.
 
Comprendre et partager pour mieux enseigner
Il s’agissait de faire découvrir et comprendre aux participants les points de vue différents sur la Première Guerre mondiale au sein de la Grande Région, de prendre en compte cette multiperspectivité pour enrichir leur enseignement et de favoriser les rapprochements futurs par exemple des projets de classes transfrontaliers pour le Centenaire de la bataille de Verdun en 2016.
M. Gilles Pécout, Recteur de l’Académie de Nancy-Metz, a personnellement ouvert le séminaire et a participé à l’ensemble des travaux durant la première matinée.
 
1.- la table ronde
Six historiens experts de la Première guerre mondiale, venant de chacun des territoires de la Grande région, ont présenté la diversité de l’expérience civile et militaire et permis aussi de comprendre l’importance de la Première Guerre mondiale dans la mémoire collective dans les différents territoires. Par exemple, le statut complexe de la Communauté germanophone de Belgique, région allemande d’où est partie l’offensive en 1914 et région victime à la fin de la guerre par son détachement de l’Empire allemand et son rattachement au Royaume de Belgique. Complexe aussi celui de la Lorraine, zone de front et de combats intenses avec une partie annexée à l’Allemagne et l’autre restée française.
L’objectif de la table ronde était, dans un premier temps, de présenter au travers de courtes communications une vision multiperspectiviste de la Première Guerre mondiale au sein de la Grande Région. En d’autres termes : une confrontation des narrations de la guerre des différentes régions.
Le deuxième temps était consacré à la discussion avec les participants, notamment sur « comment prendre en compte dans l’enseignement ces différentes expériences, leurs traces mémorielles et leurs liens avec les débats historiographiques ? ». Un large débat s’est instauré entre les participants, avec les experts, mais aussi entre directement entre les enseignants des différentes régions.
 
2.- les ateliers du séminaire : Objectifs, conduite, mode de restitution des ateliers 
21.- Réunions (en parallèle) des groupes de travail
Objectif des groupes de travail :
Les participants ont déterminé la production de leur atelier :
1.        un corpus documentaire,
2.       une séquence de cours,
3.       un cours complet,
4.      un projet transfrontalier de coopération entre des classes de différentes régions de la Grande Région.
Il s’agissait d’introduire des documents d’autres régions avec des questionnements nouveaux de manière à interagir avec le questionnement traditionnel de leur région d’appartenance de manière à disposer un ensemble documentaire renouvelé et multiperspectiviste à plusieurs niveaux.
Les participants avaient été invités à apporter leurs manuels, leurs feuilles de travail, leurs cours, leurs documents, leurs cartes, etc. Des exemples de documents pertinents : monuments aux morts, noms de rue, en l’absence de mémoire vécue, mais de mémoire collective à transmettre.
22.- L’animation des ateliers :

Atelier

Thématique 1

Thématique 2

Transmission multiperspective de la mémoire de la Première Guerre mondiale à partir de traces de proximité (monuments aux morts, noms de rue, etc.) Cette transmission est-elle prévue dans les programmes ? Si oui, comment est-elle présente dans les manuels ? Comment les lieux de mémoire ont-ils évolué (centre d'interprétation, expositions, etc.) ?

L’approche multiperspective de l’expérience civile et militaire de la guerre totale dans la Grande Région (la vie quotidienne à l'arrière : pénu­ries, réquisition, occupation ; produire pour la guerre et financer l'effort de guerre ; l'expérience combattante, la propagande, lieux et mémoire, etc.).

11

Yves Monin

 

12

Claude Schulté

 

13

Dr. Herbert Ruland

 

21

 

Nicolas Czubak

22

 

Eva Glaser

23

 

Daniel Ullrich

 
Le rôle de l’animateur était d’amorcer le travail, gérer le temps et la parole, assurer l’équilibre des interventions.
L’atelier 13, animé par le Dr. Ruland, a été introduit par une bande dessinée, parue en langues française et allemande et une exposition transfrontalière réalisée par la Communauté germanophone de Belgique relative à la Première Guerre mondiale ainsi que par un projet d’élèves international.
 
23.- Le déroulement des ateliers :
Lundi de 17:30 à 18:30 heures :
Présentation des participants (tour de table), et des documents apportés
Discussion sur la production de l’atelier (nature et modalités).
Mardi de 09:00 à 10:30 :
Séance de production
Mardi de 11:00 à 12:30
Achèvement de la production
Préparation de la restitution
La restitution des productions : mardi de 14:00 à 15:00 heures
Chaque atelier disposait de 8 minutes pour rapporter le résultat de ses travaux.
Les productions des ateliers sont en ligne dans le cartable électronique d’accompagnement du projet (http://seminaireverdun2015.espace-ehce.fr/).
3.- les visites de terrain
Une visite guidée de sites a permis aux participants de découvrir les Eparges, Fleury, l’Ossuaire et le Fort de Douaumont. 
4.- La présentation multimédia
La soirée du 27 avril, ouverte au public, était consacrée à une présentation multimédia réalisée par DOKULIVE consacrée au  « Message de paix de Fiquelmont », rédigé en 1916 par six soldats allemands avant leur départ au front et dont le Centre européen Robert Schuman est le dépositaire. Le Président de la République a évoqué ce message en conclusion de son discours lors de la Commémoration du Hartmannswillerkopf le 2 août dernier.
 

Programm

 

Lundi 27.04.2015

Montag 27.04.2014

10:00

Accueil des participants
Gilles Pécout, Recteur de l’Académie de Nancy-Metz
NN, Conseil régional de Lorraine
Présentation du séminaire
Véronique Zaercher-Keck, Rectorat
Richard Stock, CERS

Begrüßung der Teilnehmerinnen & Teilnehmer
Gilles Pécout, Rektor der Akademie der Nancy-Metz
NN, Conseil régional de Lorraine
Vorstellung des Seminars
Véronique Zaercher-Keck, Rectorat
Richard Stock, CERS

10:30
-
12:15

Table ronde
Une même guerre dans la Grande Région, mais des expériences civiles et militaires différentes selon les territoires
Participants :
ó Communauté française de Belgique/Fédération Wallonie-Bruxelles : Laurence van Ypersele, Université catholique de Louvain
ó Communauté germanophone de Belgique : Dr. Herbert Ruland, historien, responsable des projets « Grenzgeschichte DG »
ó Lorraine : François Cochet, Université de Lorraine, membre du Conseil scientifique national de la Mission du Centenaire
ó  Grand-Duché de Luxembourg : Charles Roemer, Université libre de Bruxelles
ó Land de Rhénanie-Palatinat : Dr. Reinhard Nachtigal, Université de Fribourg en Brisgau
ó Land de Sarre : Dr. Mechthild Gilzmer, Université de la Sarre

Podiumsdiskussion
Der gleiche Krieg in der Großregion, aber unterschiedliche Zivil- und Militärerfahrungen je nach Teilregion
Teilnehmerinnen und Teilnehmer:
ó  Französische Gemeinschaft von Belgien/ Verband Wallonie-Brüssel : Laurence van Ypersele, Katholische Universität Löwen
ó  Deutschsprachige Gemeinschaft von Belgien : Dr. Herbert Ruland, Historiker, Verantwortlicher der Projekte „Grenzgeschichte DG“
ó  Lothringen : François Cochet, Universität Lothringen, Mitglied des nationalen wissenschaftlichen Rates der „Mission du Centenaire“
ó  Großherzogtum von Luxemburg : Charles Roemer, Université libre de Bruxelles
ó  Rheinland-Pfalz: Dr. Reinhard Nachtigal, Universität Freiburg im Breisgau
ó  Saarland : Dr. Mechthild Gilzmer, Universität des Saarlandes

 

12:30
-
13:15

Buffet déjeunatoire

Mittagsbuffet

 

13:30

Départ pour les visites
(en autocar, des chaussures tout terrain sont recommandées)
Objectif spécifique : conduire une réflexion partagée sur la mémoire en s’appuyant sur les lieux de mémoire exceptionnels de Verdun.

Abfahrt zu den Besichtigungen
(im Reisebus, gutes Schuhwerk ist empfohlen)
Spezifisches Ziel: eine gemeinsame Reflexion über Erinnerungskultur führen, unterstützt durch die einmaligen Erinnerungsorte von Verdun.

 

14:00
-
16:00

Visite A :
Fort de Douaumont & village détruit de Bezonvaux
Situé à 388 mètres d’altitude, le Fort de Douaumont domine le champ de bataille de Verdun ; il est considéré en 1914 comme la pièce maîtresse de la ceinture fortifiée protégeant la ville de Verdun.
 
Durant la bataille de Verdun, le Fort tombe aux mains des forces allemandes le 25 février 1916. Conçu pour loger une garnison de 650 hommes, il abritera durant 8 mois près de 3.000 soldats allemands. Suite à de nombreuses tentatives de reprises extrêmement meurtrières, il sera repris le 24 octobre 1916 par les troupes françaises.
 
Le village détruit de Bezonvaux est l'un des neuf villages français détruits durant la Première Guerre mondiale qui n'ont jamais été reconstruits. À la fin des hostilités, il fut décidé de conserver cette commune, déclarée « village mort pour la France », en mémoire des événements qui s'y étaient déroulés.

Besuch A :
Fort Douaumont & das zerstörte Dorf Bezonvaux
Das Fort von Douaumont, das sich auf 388 m Höhe befindet, dominiert das Schlachtfeld von Verdun; 1914 wird es als Herzstück des Festungsgürtels zum Schutze von  Verdun angesehen.
 
Während der Schlacht von Verdun fällt das Fort am 25. Februar 1916 in die Hände der Deutschen. Gedacht um eine Besatzung von 650 Männern unterzubringen, schützt es während 8 Monaten fast 3.000 deutsche Soldaten. Nach vielen, sehr mörderischen Versuchen der Wiedereinnahme wird es am 24. Oktober 1916 von den französischen Truppen zurück erobert.
Das zerstörte Dorf von Bezonvaux ist eines von neun französischen Dörfern, die während des Ersten Weltkrieges zerstört und nie wieder aufgebaut wurden. Am Ende der Feindseligkeiten wurde beschlossen, diese Gemeinde, die zum „Dorf, das für Frankreich gestorben ist“ erklärt wurde, in der Erinnerung an die Ereignisse, die dort stattgefunden hatten, zu bewahren.

 

14:00
-
16:00

Visite B :
Les Éparges : sur les traces de M. Genevoix & E. Jünger
La colline à l'est du village des Éparges a fait l'objet d'importantes batailles en 1914 et 1915. Ces faits sont relatés entre autres par Maurice Genevoix et Ernst Jünger. La colline porte encore les traces de ces combats, on peut y voir les entonnoirs résultant d'explosions de mines pour le contrôle du « point X » qui domine la plaine, stratégique pour le contrôle de l’artillerie.
 
Ces positions sont le théâtre d’une des luttes les plus meurtrières de la Première Guerre mondiale.

Besuch B :
„Les Eparges“: Auf den Spuren von M. Genevoix & E. Jünger
Der Hügel im Osten des Dorfes Les Eparges war das Ziel von wichtigen Schlachten in den Jahren 1914 und 1915. Diese Ereignisse wurden unter anderem von Maurice Genevoix und Ernst Jünger geschildert. Der Hügel trägt noch immer die Spuren dieser Schlachten: Man kann dort Granattrichter sehen, die das Ergebnis von Minenexplosionen zur Kontrolle und Überwachung des „Punkt X“, der die Ebene dominiert und strategisch günstig für die Kontrolle über die Artillerie ist.
Diese Stellungen sind Schauplatz eines der mörderischsten Kämpfe des Ersten Weltkrieges.

 

14:00
-
16:00

Visite C :
Village détruit de Bezonvaux & Fort de Douaumont
Le village détruit de Bezonvaux est l'un des neuf villages français détruits durant la Première Guerre mondiale qui n'ont jamais été reconstruits. À la fin des hostilités, il fut décidé de conserver cette commune, déclarée « village mort pour la France », en mémoire des événements qui s'y étaient déroulés.
 
Situé à 388 mètres d’altitude, le Fort de Douaumont domine le champ de bataille de Verdun ; il est considéré en 1914 comme la pièce maîtresse de la ceinture fortifiée protégeant la ville de Verdun.
 
Durant la bataille de Verdun, le Fort tombe aux mains des forces allemandes le 25 février 1916. Conçu pour loger une garnison de 650 hommes, il abritera durant 8 mois près de 3.000 soldats allemands. Suite à de nombreuses tentatives de reprises extrêmement meurtrières, il sera repris le 24 octobre 1916 par les troupes françaises.

Besuch C :
Das zerstörte Dorf von Bezonvaux & das Fort Douaumont
Das zerstörte Dorf von Bezonvaux ist eines von neun französischen Dörfern, das während des Ersten Weltkrieges zerstört und nie wieder aufgebaut wurden Am Ende der Feindseligkeiten wurde beschlossen, diese Gemeinde, die zum „Dorf, das für Frankreich gestorben ist“ erklärt wurde, in der Erinnerung an die Ereignisse, die dort stattgefunden hatten, zu bewahren.
Das Fort von Douaumont, das sich auf 388m Höhe befindet, dominiert das Schlachtfeld von Verdun; 1914 wird es als Herzstück des Festungsgürtels zum Schutze von Verdun angesehen.
Während der Schlacht von Verdun fällt das Fort am 25. Februar 1916 in die Hände der Deutschen. Gedacht um eine Besatzung von 650 Männern unterzubringen, schützt es während acht Monaten fast 3.000 deutsche Soldaten. Nach  vielen, sehr mörderischen Versuchen der Wiedereinnahme wird es am 24. Oktober 1916 von den französischen Truppen zurückerobert.

 

16:30
-
17:00

Regroupement des participants à l’Ossuaire de Douaumont, nécropole qui abrite des tombeaux pour environ 130.000 soldats inconnus, allemands et français, indéfectiblement entremêlés.

Zusammenkunft der Teilnehmer am Beinhaus von Douaumont,
die Nekropole beherbergt die Grabstätten von ungefähr 130.000 unbekannten Soldaten, Deutsche und Franzosen, für immer zusammengeführt.

17:00
 

Départ pour le Centre mondial de la Paix (en autocar)

Abfahrt zum „Centre mondial de la Paix“ (im Reisebus)

 
 

17:30
 

Première réunion (en parallèle) des groupes de travail
Objectif des groupes de travail :
produire un exemple de cours avec une approche multiperspective
Recommandation :
les participants sont invités à apporter leurs manuels, leurs feuilles de travail, leurs cours, leurs documents, leurs cartes, etc.
Animateurs des groupes de travail :
Nicolas Czubak, Eva-Maria Galser, Yves Monin, Dr. Herbert Ruland, Claude Schulte, Daniel Ullrich

Erste Sitzung (parallel) der Arbeitsgruppen
 
Ziel der Arbeitsgruppen:
ein Beispiel eines Unterrichts mit einem multiperspektivischen Ansatz entwickeln
Empfehlung:
die Teilnehmerinnen und Teilnehmer sollten ihre Schulbücher, ihre Arbeitsblätter, ihre Dokumente, ihre Karten etc. mitbringen.
Moderatoren der Arbeitsgruppen:
Nicolas Czubak, Eva-Maria Glaser, Yves Monin, Dr. Herbert Ruland, Claude Schulte, Daniel Ullrich

17:30
-
18:30

Thématique 1 :
Transmission multiperspective de la mémoire de la Première Guerre mondiale à partir de traces de proximité (monuments aux morts, noms de rue, etc.) Cette transmission est-elle prévue dans les programmes ? Si oui, comment est-elle présente dans les manuels ? Comment les lieux de mémoire ont-ils évolué (centre d'interprétation, expositions, etc.) ?

Thema 1 :
Die multiperspektivische Ausrichtung des Gedächtnisses des Ersten Weltkrieges ausgehend von Spuren in der Nähe (Kriegerdenkmal, Straßennamen, etc.). Ist diese Ausrichtung in den Programmen geplant? Falls ja, wie wird sie in den Schulbüchern dargestellt? Wie haben die Erinnerungsorte sich entwickelt (Interpretationszentrum, Ausstellungen etc.)?

17:30
-
18:30

Thématique 2 :
L’approche multiperspective de l’expérience civile et militaire de la guerre totale dans la Grande Région (la vie quotidienne à l'arrière : pénu­ries, réquisition, occupation ; produire pour la guerre et financer l'effort de guerre ; l'expérience combattante, la propagande, lieux et mémoire, etc.).

Thema 2 :
Die multiperspektivische Annäherung der Zivil- und Militärerfahrung des totalen Krieges in der Großregion (das Alltagsleben im Hintergrund: Mangel, Beschlagnahme, Belagerung; für den Krieg produzieren und den Aufwand des Krieges finanzieren; die Erfahrung des Kampfes, die Propaganda, Erinnerungsorte, etc.).

19:00

Dîner

Abendessen

20:30

Présentation multimédia :

Multimediale Präsentation:

 

 

 

 

Mardi 28.04.2015

Dienstag 28.04.2015

 

08:30

Accueil des participants
 

Begrüßung der Teilnehmerinnen und Teilnehmer

09:00
-
10:30

Deuxième réunion (en parallèle) des groupes de travail
Animateurs des groupes de travail :
Nicolas Czubak, Eva Glaser, Yves Monin, Dr. Herbert Ruland, Claude Schulte, Daniel Ullrich

Zweite Sitzung (parallel) der Arbeitsgruppen
 
Leiter der Arbeitsgruppen :
Nicolas Czubak, Eva-Maria Glaser, Yves Monin, Dr. Herbert Ruland, Claude Schulte, Daniel Ullrich

10:30
 

Pause
 

Pause

11:00
-
13:00

Troisième réunion (en parallèle) des groupes de travail
Animateurs des groupes de travail :
Nicolas Czubak, Eva Glaser, Yves Monin, Dr. Herbert Ruland, Claude Schulte, NN (Sarre)

Dritte Sitzung (parallel) der Arbeitsgruppen
 
Leiter der Arbeitsgruppen:
Nicolas Czubak, Eva-Maria Glaser, Yves Monin, Dr. Herbert Ruland, Claude Schulte, NN (Saarland)

13:00
-
13:45

Buffet déjeunatoire

Buffet

14:00
-
15:00

Restitution des travaux de groupe
Animatrices :
Brigitte Besson, CERS
Sabine Rohmann, PL

Ergebnisse der Gruppenarbeiten
Moderatorinnen:
Brigitte Besson, CERS
Sabine Rohmann, PL

15:30
 

Évaluation & clôture du séminaire
Véronique Zaercher-Keck, Rectorat
Richard Stock, CERS

Evaluation & Abschluss des Seminars
Véronique Zaercher-Keck, Rectorat
Richard Stock, CERS

 

 

 

 

Mehr Informationen

EVALUATION
Séminaire de formation continue des enseignants de la Grande Région
Traces, Mémoires, Frontières

EVALUATION
Fortbildungsseminar für Lehrerinnen & Lehrer der Großregion
Spuren, Erinnerungen, Grenz

Nombre de réponses/Anzahl an Antworten: 67/77 participants/TN

QUESTION 1 : à l'issue du séminaire êtes-vous satisfait par rapport aux objectifs tels qu'ils vous ont été présentés au début du stage ?
FRAGE 1: Sind Sie am Ende des Seminars in Bezug auf die Ziele, so wie sie Ihnen zu Beginn des Seminars vorgestellt wurden, zufrieden?
 
JA/OUI  ¨ 63                                 ? 2                                                      NEIN/NON  ¨ 2

Si non, pour quoi ?/ Wenn nicht, warum?
Avis les plus fréquents/ die häufigste Meinungen
Arbeitsgruppe zu frontal/atelier trop frontal
Zu wenig Zeit/pas assez de temps
Zu wenig Ergebnisse/pas assez de résultats concrets
Technische Ausstattung schlecht/équipements techniques mauvais
Inhaltlische Vorbereitung der Arbeitsgruppe/préparation du contenu de l‘atelier

 

FRAGE 2:/QUESTION 2 :

L

K

J

Waren die Seminarinhalte interessant?
le contenu du stage était intéressant ?

2

6

58

Sind Ihnen die Inhalte nützlich?
le contenu vous est utile ?

2

14

51

Die materielle Organisation war?
l'organisation matérielle était ?

6

14

46

Die Beziehungen zwischen den Teilnehmerinnen und Teilnehmern waren?/les relations entre les participants étaient ?

3

2

61

 

QUESTION 3 : qu'est-ce qui vous a le plus plu ?
FRAGE 3: Was hat Ihnen am Meisten gefallen?
Avis les plus fréquents/ die häufigste Meinungen
Die Workshops/les ateliers : 51
Die Besichtiungen/les visites : 28
Die Podiumsdiskussion/la table ronde : 16

 

QUESTION 4 : qu'est-ce qui vous a le moins plu ?
FRAGE 4: Was hat Ihnen am Wenigsten gefallen?
Avis les plus fréquents/ die häufigste Meinungen
Présentation Dokulive/Präsentation Dokulive : 26
Zeitdruck/Programme serré : 14
Kein Internetzugang/pas d’accès internet : 8

 

QUESTION 5 : que souhaitez-vous comme suite ?
FRAGE 5: Was wünschen Sie sich als Folgemaβnahmen?
Avis les plus fréquents/ die häufigste Meinungen
Weiter Veranstaltungen in dieser Art/autres séminaires de ce type : 35
Klassenprojekte in der Groß Region/projets de classe dans la Grande Région : 19
Site internet du séminaire/homepage des Seminars: 17

 

So lief das Projekt

Voir descriptif ci-dessus.